Notre approche
pédagogique

Le projet pédagogique a pour objectif de guider les pratiques et de définir le rôle des adultes.

Notre projet pédagogique s’inspire des travaux d’Emmi Pikler, Maria Montessori et Françoise Dolto.

Ces pédagogies « actives » permettent à l’enfant d’être acteur de son développement. L’adulte est présent pour créer le cadre sécurisant et adapté qui favorisera son évolution, tout en respectant les besoins et les rythmes de l’enfant liés à son âge.

 

la bienveillance, l'écoute et l'accompagnement des enfants sont au centre de nos pratiques

Afin de pouvoir passer de bons moments à la crèche, l’enfant à besoin de repères.

Une personne référente, garante d’un projet
individualisé pour chaque enfant

Chez Les Petits Lions, la référente de l’enfant l’accueille et l’accompagne pendant toute la période où il est à la crèche. Dès la période d’adaptation, elle crée un lien de confiance, une relation privilégiée avec l’enfant et sa famille. Elle apprend ainsi à connaitre les habitudes de l’enfant, les pratiques familiales afin d’assurer une continuité éducative. Elle est l’interlocutrice privilégiée de la famille.

Les espaces aménagés en « unités » de vie afin de
répondre aux besoins spécifiques de chaque âge

  • Des espaces pour les « plus petits »
  • Des espaces pour les « plus grands »

Les temps de soin, de repas et de sommeil sont organisés dans chacune des « unités de vie ». Des temps en commun sont proposés à certains moments de la journée, pour favoriser « le vivre ensemble ».

Chez Les petits Lions, chaque enfant a sa place à table (toujours la même !), son lit, et un casier pour les « petites affaires » qu’il peut apporter de la maison.

Ces espaces évoluent en cours d’année en lien avec les nouvelles compétences acquises par l’enfant.

L’enfant aime ce qui est prévisible dans le temps 

Le déroulement de la journée est toujours identique afin qu’il ait des repères temporels, spatiaux et humains. 

  • Les différents temps de la journée sont expliqués à l’enfant
  • Les « surprises » qui peuvent le mettre en insécurité sont limitées

Les jeunes enfants n’aiment pas les imprévus, cela est accentué par le fait qu’ils sont sortis du contexte familial habituel et rassurant. Il est important que leur journée soit rythmée par des événements connus, prévisibles et organisés. Leur répétition aide l’enfant à les anticiper et concourt à l’établissement d’un sentiment de sécurité.

La verbalisation, essentielle dans nos pratiques

L’enfant a besoin de savoir qu’il peut compter sur l’adulte, cela passe par la description de ce qui se passe pour lui, par la verbalisation.

Lorsque l’enfant est en collectivité, il est important qu’il ait des échanges individuels avec l’adulte, de façon à ce que chacun soit entendu. L’enfant ne possède pas encore pleinement le langage verbal, il communique, s’exprime beaucoup par un langage non-verbal (postures corporelles, mimiques, grimaces, morsures, gestes…). Notre rôle est d’y être attentif par le biais de l’observation pour tenter de décoder ce non-verbal. 

Les professionnels accompagnent l’enfant par la parole. Des mots sont mis sur les gestes, les actions, les activités. Dès son plus jeune âge, l’enfant doit être plongé dans ce bain de langage. Les paroles apaisent, sécurisent et favorisent l’apprentissage du langage. 

Il est important de « discuter » avec les enfants, même si, au début, nous n’avons pas ou nous avons peu de réponse ! 

la motricité libre

Par la répétition des mouvements, par le jeu, la découverte de son environnement l’enfant apprend à connaître, à maîtriser son corps, à développer ses compétences motrices.

L’enfant n’a pas besoin qu’on lui enseigne cette évolution. C’est ancré en lui, et il trouvera les clefs pour le faire par lui-même.

Cette approche pédagogique insiste sur l’importance de laisser l’enfant faire seul sous le regard attentif de l’adulte. Ainsi, il ne sera pas mis dans une position, qu’il ne maîtrise pas encore.

Dans un premier temps :

  • L’enfant est installé sur le dos
  • Il se retourne sur le ventre
  • Il rampe
  • Il marche à quatre pattes
  • Il se met debout, avec appuis, et par la suite seul
  • Il marche

Pour favoriser ces acquisitions, l’enfant est installé sur un tapis avec des jeux à disposition. Nous n’utilisons ni chaise haute, ni trotteur.

Lorsqu’il acquiert de lui-même les différentes positions, il est généralement plus prudent. Par les encouragements, la valorisation de ses acquisitions, il renforce sa confiance en lui.  

Nous proposons que l’enfant soit pieds nus afin d’éviter de glisser lorsqu’il tentera ses premières expériences motrices; puis lorsqu’il sera debout, pour favoriser un bon contact avec le sol et un bon équilibre qui le conduiront vers l’acquisition de la marche.